Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 septembre 2022 2 27 /09 /septembre /2022 19:00

Je mets ce mardi le 11° billet de Pierre Escorsac qui fut diffusé sur les ondes de "Radio Coteaux". Vous auriez pu l’écouter en Pocast par internet sur le site "Radio Coteaux" à la rubrique" c'est déjà lundi" "Radio Coteaux" 104,5 et 97,7!

Je pense que ce billet va vous inspirer quelques réactions que vous ne manquerez pas de placer ici en commentaire. Certes cela est hélas d’actualité,!

Je remercie ce journaliste qui m’a aimablement autorisé à le diffuser sur mon blog. Je me demande comment je dois illustrer ces propos? Après réflexion j’ai retenu ces quelques photos : des maisons et le château de Pibrac.

 Vous vous souvenez du film à succès de Patrice Leconte avec Michel Blanc et Bernard Giraudeau « Viens chez moi, j'habite chez une copine ». C'était plutôt drôle.

Et bien en 2020, nous avons une nouvelle version, un nouveau scénario qui pourrait s'intituler : « Ne viens pas chez moi, j'habite chez toi ». Autrement dit, j'ai posé mes valises dans ta maison, je m'y suis installé et je m'y trouve très bien ! Là, ce n'est plus drôle du tout. C'est du n'importe....squat !

C'est pourtant ce qui est arrivé à deux reprises, la semaine dernière, à Théoule-sur-Mer et dans la Nièvre. Les propriétaires ont découvert avec effroi que leur bien était occupé illégalement. Des squatteurs y avaient fait leur nid sans les prévenir de leur visite. Pour que tout soit clair, « un squatteur est une personne qui squatte, c'est à dire qui occupe de manière illégale un logement, un bâtiment qui ne lui appartient pas ». On appelle juridiquement cela, une « occupation sans droit ni titre ».

Logiquement, le commun des mortels pense que si le séjour des intrus est illégal, on doit pouvoir les mettre dehors. Et bien, ce n'est pas si simple. Si les indésirables sont dans les lieux depuis plus de 24 heures, s'ils ont changé la serrure et s'ils ont installé une boîte aux lettres à leur nom devant le logement, impossible de les déloger sans autre forme de procès. L'affaire doit être portée en justice. Et le le jugement peut prendre un certain temps, comme disait Fernand Raynaud.

Donc, beaucoup de tracas pour les plaignants et un confortable sursis pour les entrants.

D'où l'émotion qui a traversé l'opinion à la lumière de ces deux affaires. Beaucoup de proprios se posant LA question : « Et si ça m'arrivait ? »

Devant ces cas d'école semant le désarroi dans l'opinion, le législateur s'est saisi du dossier et un amendement a été adopté en commission des Lois pour raccourcir les délais d'expulsion des squatteurs.

De leur côté, les associations d'aide aux mal-logés s'alarment. Elles font valoir que la crise du logement peut expliquer certaines dérives. Les expliquer peut-être, mais en aucun cas les justifier. Car le droit de propriété est inaltérable, inviolable. La politique du coucou qui fait son nid dans le nid des autres est totalement hors-la-loi. La loi de la nature, ne s'applique pas au droit de propriété.

Mais, pour être totalement juste, il faudrait regarder les choses avec discernement. Et ne pas confondre les squatteurs, qui s'imposent chez vous avec arrogance et avec un manque total de respect, et les personnes mal logées qui suivent les procédures normales, qui jouent le jeu, même si c'est pesant, avec l'aide des associations, pour trouver un toit, obtenir un logement social.

On ne doit pas confondre l'égoïsme et l'imposture d'un squatteur et la patiente quête d'un citoyen réglo.

La loi du plus fort, n'est pas la meilleure solution pour défendre le plus faible. Notre organisation sociale repose sur un principe fondamental, le respect des lois de la République.

Les squatteurs feraient bien de s'en souvenir, avant d'aller nicher dans la maison d'autrui.

  

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Que c'est bien dit ! Ces gens qui s'installent chez les autres et ne respectent pas la propriété : un vrai scandale ! Bonne soirée . Amitiés cordiales
Répondre
Z
Ces squatteurs sont de vrais fléaux, tout comme les loyers impayés qui plongent certains propriétaires dans des situations inacceptables.<br /> J'aime beaucoup les billets de Pierre Escorsac.<br /> Bises et bon mercredi - Zaza
Répondre
A
Je dois te confirer que j'ai apprécié ce super billet : c'est bien vu et bien dit ! Passe une bonne soirée mon ami . Cordialement
Répondre
A
Voila des propos intéressants et cela devrait être pris au sérieux par nos élus, pauvres propriétaires qui ne peuvent plus rentrer chez eux ! Merci pour ce super billet ! Amitiés
Répondre

Présentation

  • : Le blog de Gabray 31
  • : La photo comme moyen de communiquer ... Les voyages favorisent les découvertes et les souvenirs... Un blog pour faire connaître les pays Tolosan et du Lauragais ...
  • Contact

à noter

 "Nature et patrimoine" :

vous invite au rendez-vous du

" en septembre"

sur le thème  :

" qui reste à fixer "

Recherche